Antiquité tardive en Gaule

L’association ATEG (Antiquité tardive en Gaule) a pour but de promouvoir à un niveau international les études d’archéologie et d’histoire portant sur la Gaule de l’Antiquité tardive (IIIe-VIe siècles) dans les pays suivants : Allemagne, Belgique, France, Luxembourg, Pays-Bas, Suisse et, si la problématique le justifie, dans des pays mitoyens (Royaume-Uni, Espagne, Italie). Elle institutionnalise le projet Antiquité Tardive dans l’Est de la Gaule nommé, dès 2007 l’ATEG. Les chercheurs à l’origine du projet ATEG partaient du constat que l’étude de l’Antiquité tardive manquait d’une recherche coordonnée et souffrait de l’absence d’espaces de rencontres et de discussions scientifiques alors même que les découvertes réalisées grâce au développement de l’archéologie préventive se multipliaient.

Le projet ATEG s’est donné pour missions de combler ces manques en organisant des rencontres scientifiques et en favorisant l’émergence de travaux collectifs dans la lignée de ce que plusieurs de nos prédécesseurs avaient initié pour des régions proches, comme l’Île-de-France (P. Van Ossel et Pierre Ouzoulias) ou le pays de Bade (H. U. Nuber (†)). La tenue de colloques internationaux fondés sur l’interdisciplinarité, les échanges entre différents chercheurs, notamment entre archéologues et historiens mais également entre antiquisants et alto-médiévistes, a d’emblée été l’un des enjeux majeurs du projet ATEG. Après 10 années d’existence et cinq colloques internationaux, il est désormais opportun, afin de conserver une recherche vivace et renouvelée, d’entamer un nouveau cycle de travaux et d’ouvrir l’ATEG à l’ensemble de la Gaule. Ce changement scientifique passe par un nouveau sens à donner à l’acronyme ATEG qu’il convient désormais de développer ainsi : l’Antiquité Tardive En Gaule.

Afin d’asseoir le projet, de lui donner une meilleure visibilité et de faciliter l’organisation de manifestations scientifiques, une association ATEG a été créée le 9 décembre 2017. Elle se donne pour objectifs : – d’organiser un colloque international tous les deux ans, – d’organiser des journées d’actualité de la recherche, – de favoriser les recherches interdisciplinaires et internationales, – de favoriser la liaison et l’information entre archéologues et historien(ne)s. – d’apporter une aide scientifique aux étudiant(e)s. La plateforme Hypothèses constitue l’outil et support pour l’association. Elle relaie les activités de l’ATEG et propose des contenus scientifiques produits lors de ses journées d’actualités. Le bulletin d’adhésion à l’association y est disponible.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search