La nécropole tardo-antique d’Evrecy (Saint-Aubin des Champs 2, Calvados)

Auteure : Aminte Thomann, Inrap, UMR 6273 CRAHAM

La fouille de Saint-Aubin des champs 2 d’Evrecy, menée au printemps 2014, a mis au jour une nécropole de 377 sépultures, contenant 387 individus (Thomann et al. 2019). Cette nécropole s’installe sur un site préalablement occupé, sans doute à partir du IIe siècle de notre ère. Si quelques structures ont livré une faible quantité de tessons protohistoriques (la Tène C/D), dont l’aspect « roulé » témoigne du voisinage d’un site de cette période, la réelle occupation in situ est matérialisée par le creusement d’un réseau fossoyé et, sans doute, la mise en place d’un chemin au sud dans le courant du IIe siècle. L’espace (d’environ 1800 m2), ceint des fossés, accueille sans doute un secteur périphérique d’habitat de la même période. Par la suite, un petit groupe de crémations, de la fin du IIe au milieu du IIIe siècle, font la transition entre cet espace (domestique ou artisanal ?) et la mise en place de la nécropole à inhumations. Cette dernière est en activité au début, voire plus probablement à partir du milieu du IVe siècle jusqu’à la fin du VIIe siècle et ce de manière continue. En effet, malgré des lacunes dans le mobilier d’époque mérovingienne, aucune rupture n’apparaît entre les périodes antique et médiévale.

L’étude de la phase antique de la nécropole de Saint-Aubin des Champs a concerné 110 sépultures. 65 d’entre elles sont datées par le mobilier d’accompagnement et 45 ont été associées à cette phase grâce à un travail sur la chronologie relative, les orientations et la profondeur des fosses. Cette phase concerne la période qui va de la fin du IIIe, mais plus vraisemblablement du milieu du IVe siècle, et jusqu’à la première moitié du Ve siècle. En effet, la première phase, qui correspond à la période entre la fin du III e siècle et début du IVe siècle, a été créée en raison de la présence dans les tombes des monnaies datées de la deuxième moitié du IIIe siècle. Toutefois, dans la plupart des cas, il est difficile de s’assurer du caractère primaire du dépôt de ces monnaies, d’autant plus qu’aucun vase ne peut être attribué à cette période sur le site. Ainsi, le début réellement avéré de l’occupation funéraire se situe plutôt dans le courant du IVe siècle. La phase 2 concerne le milieu et la deuxième moitié du IVe siècle et la phase 3 correspond à la période qui va de la fin du IVe siècle au premier tiers du Ve siècle.

L’analyse conjointe des données biologiques et funéraires, notamment provenant des assemblages funéraires, nous a permis de développer les informations sur la population inhumée dans cette nécropole ainsi que son évolution. Notamment, l’étude d’objets spécifiques (monnaies, éléments de ceintures), mais surtout des assemblages, a permis d’identifier la présence de groupes élitaires au sein d’une population plus modeste. En effet, l’observation des assemblages féminins révèle des influences gallo-romaines et des influences « germaniques », et l’analyse des assemblages masculins met en évidence un mobilier de type « militaire » (armes, ceinturons et présence de siliques).

Au sein de l’effectif féminin, l’hypothèse de deux groupes d’origine géographique différente peut être émise. Neuf tombes féminines ont en effet pu être considérées comme d’influence gallo-romaine grâce à l’étude de la parure (notamment des bracelets à jonc plat et décors poinçonnés et un bracelet à jonc torsadé). Ces tombes sont datées des périodes 2 et 3 (milieu IVe – fin du premier tiers du Ve siècle).

Un autre groupe de sept, voire huit, tombes féminines a livré des éléments du costume traditionnel féminin probablement germanique, notamment des fibules à trompettes ou fibules en « tutulus » et des fibules à ressort en arbalète, connues dans le barbaricum depuis le courant du IIIe siècle.  

La très riche sépulture d’une adolescente mêle par ailleurs des accessoires du costume féminin de tradition germanique tels que des fibules en arbalètes et fibules discoïdes à ressort, mais aussi des dépôts de vaisselle plus communément retrouvés dans la région telles que des sigillées d’Argonne, encore présentes dans les trois premières décennies du Ve siècle, de la céramique commune et des verreries [fig. 1]. La présence d’un ceinturon de type « militaire » montre lui aussi une pratique de dépôt différente de celle du monde romain tardif.

fig. 1 – Mobilier d’accompagnement de la sépulture d’une adolescente
(SP 722) datée du premier tiers du Ve siècle (cliché S. Le Maho)

Les tombes masculines n’ont pas livré d’influence germanique ; toutefois, la présence d’armes, mais aussi de ceinturons et de siliques indique que les défunts appartenaient sans doute à la militia de l’Antiquité tardive. Ce type de ceinturons est largement diffusé de la Gaule du Nord à la Pannonie. En Gaule du Nord, ils proviennent toujours de contextes fortement militarisés. Ils peuvent donc ici être considérés comme un élément de l’uniforme militaire des dernières années du IVe siècle et de la première moitié du Ve siècle. Même en l’absence de ceinturon, l’association du mobilier militaire à la présence de siliques dans certaines sépultures permet d’émettre l’hypothèse de l’appartenance des défunts aux troupes ou à l’administration de l’armée romaine. Dans la sépulture 245 par exemple [fig. 2], une silique a été déposée sur la bouche du défunt ; en outre, le dépôt sur la jambe droite de deux plats en étain et plomb est un élément supplémentaire pour confirmer l’appartenance du défunt à la militia car ce type d’objet se rencontre régulièrement dans des contextes où la présence militaire est forte. Le reste du mobilier déposé s’avère particulièrement riche avec des exemples rares de verreries et, notamment, une fiole de près de 37 cm de longueur cassée au col et totalement inédite. L’étude de deux plats en étain et plomb (pewter), dans une sépulture masculine (SP 245) et une féminine (SP 400), témoignent en outre de contacts avec la Grande-Bretagne romaine.

fig. 2 – Sépulture masculine SP 245 avec un riche mobilier d’accompagnement du premier tiers du Ve siècle (cliché K. Chanson)

Ainsi, l’étude de l’instrumentum, couplée avec l’observation des lésions pathologiques (traumatismes, marqueurs d’activité, mort par arme blanche), permettent d’entrevoir la présence de soldats (certains peut-être morts au combat), mais aussi de dignitaires (possibles hauts fonctionnaires de l’armée romaine), venus avec leur famille et inhumés pendant la dernière phase de l’occupation antique du site (fin IVe – premier tiers du Ve siècle). Ces militaires et leur famille sont probablement issus de populations gallo-romaines mais aussi de populations d’origine barbare. La provenance en partie du monde germanique de ces membres de l’armée romaine rappelle les groupes de laeti Bataves ou de gentiles Suève relevant de la préfecture de Bayeux signalés par la Notitia Dignitatum. Néanmoins, quelle que soit l’origine exacte des inhumés d’Evrecy, une panoplie spécifique et stéréotypée est utilisée au moment des funérailles, mêlant influences romaines et du barbaricum.

Après le milieu du Ve siècle, l’occupation funéraire perdure jusqu’à la fin du VIIe siècle, mais plus aucun indice matériel n’évoque la présence d’un groupe aisé et d’origine étrangère. Au contraire, au vu du mobilier déposé, la population du début du Moyen-Âge s’avère être particulièrement modeste.

Bibliographie

Thomann et al. 2019 – THOMANN (A.), ADRIAN (Y.M.), ANGELI (A.C.), BELL (B.) et al. – Une nécropole de l’Antiquité tardive et du haut Moyen-Âge à Evrecy, Saint-Aubin des Champs 2 (Calvados) : rapport de fouille, Cesson Cevigné, Inrap GO, 7 vol., 3354 p., 2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search