Un aperçu de l’hellénisme des élites éduennes au tournant du VIe siècle : la Vie de Germain de Paris

Auteure : Clara Germann, Ecole des Chartes

L’évêque Germain de Paris, un des plus remarquables qu’ait connus la cité à l’époque mérovingienne, nous est notamment accessible par la Vita Germani, composée par son proche, le poète et hagiographe Venance Fortunat. Dans ce texte long de soixante-seize chapitres, seuls les douze premiers nous renseignent sur la vie de Germain avant l’épiscopat, et constituent la seule et unique source disponible pour cette période de son existence : douze chapitres de Vita pour soixante ans de vie dans la cité d’Autun. Pourtant, malgré leur faible ampleur documentaire, ces chapitres, recoupés à ce que l’on sait de la cité éduenne dans l’Antiquité Tardive, se révèlent riches en informations sur le parcours d’un membre de l’aristocratie municipale de la cité au tournant du VIe siècle.

La cité d’Autun fut bâtie par Auguste en récompense de l’alliance ancienne des Eduens avec Rome, et ses élites se targuent depuis lors d’un attachement privilégié à l’Empire. La plus importante cité de Lyonnaise Première après Lyon elle-même, Autun est une cité richement dotée par l’administration impériale, une des seules dotées d’une enceinte, comme en témoignent aujourd’hui encore de monumentaux vestiges archéologiques [fig. 1]. Après l’installation des Burgondes en Gaule dans la seconde moitié du Ve siècle, une partie des élites éduennes ont manifesté une volonté de rapprochement avec les nouveaux venus ; du reste ces derniers, quoique ariens, semblent avoir pratiqué une politique d’accommodement avec les élites catholiques, avec lesquelles ils entretiennent des relations plus apaisées que leurs homologues wisigoths. Les rois burgondes maintiennent l’administration et les institutions impériales, dont ils reprennent les titres et le fonctionnement sans solution de continuité. Autun est sous leur autorité jusqu’en 533-534, où le siège de la cité marque le point culminant de la conquête franque sur le roi Godomar.


fig. 1 : Autun, porte Saint-André. Wikipedia Commons

La Vita Germani débute par une présentation des deux parents de Germain [fig. 2] : Eleutherius et Eusebia, décrits comme honestis honoratisque. Dans l’Empire, les honesti sont toutes les personnes se distinguant par leur position sociale ou leur richesse, tandis que le vocable honoratus désigne précisément une personne ayant exercé une charge administrative ou sacerdotale. En particulier, depuis le IVe siècle, les honorati sont avant tout des curiales : les parents de Germain appartiennent donc à l’aristocratie municipale de la cité éduenne et son père a certainement exercé des charges importantes à l’échelle locale. La continuité à l’époque mérovingienne, en particulier à Autun, de ce corps civique a été notamment évoquée par Josiane Barbier, qui souligne la persistance des gesta municipalia aussi loin qu’au VIIIe siècle : cela laisse envisager une subsistance tardive, sous une forme ou une autre, des élites municipales éduennes héritées de l’Empire.

fig. 2 : Paris, BnF, ms. Latin 12599, fol. 5v (détail) : incipit de la Vita Germani (XIe siècle). Gallica.

Celles-ci disposent de nombreux moyens sociaux et culturels de marquer leur appartenance à l’élite, que la Vita nous laisse entrevoir. Eusebia tente d’avorter du futur Germain, ayant déjà eu un enfant peu avant : Zubin Mistry a récemment proposé d’y voir un mode de distinction sociale lié à l’idéal de continence voire d’abstinence sexuelle prôné chez les élites gallo-romaines chrétiennes, idéal nécessairement enfreint par Eusebia enceinte si fréquemment.

Surtout, il faut souligner le poids de l’onomastique dans la famille de Germain. On connaît les noms de quatre membres de sa parenté : Eleutherius, Eusebia, son propinquus Stratidius, et l’ermite Scupilio. Parmi eux, Germain est le seul nom à ne pas être issu du grec : Eleutherius et Eusebia sont deux noms fréquemment attestés dans tout l’Empire, tandis que Scupilio peut être rapproché du grec σκοπός et des noms Scopos/Scopius, et que Stratidius semble une latinisation du prénom Strategios, attesté en Orient mais dont on ne retrouve aucun avatar en Gaule.

Cette onomastique, dont on sait l’importance comme marqueur de distinction sociale, me semble s’inscrire dans une tradition hellénistique bien attestée à Autun durant l’Antiquité Tardive. On connaît en effet l’important corpus épigraphique en langue grecque à Autun, d’autant plus remarquable qu’il n’a aujourd’hui pas d’équivalent dans l’espace impérial gaulois ; la pratique du grec dans la cité éduenne est attestée depuis l’époque gauloise et traduit une intégration fièrement affichée dans le réseau des élites impériales. Les élites éduennes maîtrisent l’usage de la langue grecque et l’affichent avec ostentation.

Si ces pratiques sont bien connues pour l’Empire tardif jusqu’au IVe siècle environ, l’onomastique des parents de Germain me paraît indiquer une continuité de ces pratiques, et donc des modes de représentation des élites, jusqu’à la fin du Ve siècle et au tournant du VIe siècle, par-delà la fin des empereurs d’Occident et l’installation des souverains burgondes. Il me semble à ce titre d’autant plus intéressant de souligner que la Vita Germani montre fréquemment son saint opérer des miracles de guérison dont les pratiques, en particulier la description précise des cataplasmes utilisés pour soigner la paralysie, correspondent aux recommandations des médecins antiques. Autun est notamment renommée durant l’Antiquité Tardive pour ses écoles, et on y trouve des traces de l’enseignement de la médecine, notamment dans le corpus épigraphique : peut-être faudrait-il rattacher les actions de Germain à un enseignement à la romaine reçu dans son enfance, qui l’aurait formé à la médecine.

Je soulignerai enfin, d’autant plus remarquable, le choix d’Eleutherius et Eusebia de rompre avec cette tradition onomastique pour nommer leur fils Germanus. Ce nom est très peu fréquent dans l’espace gaulois de l’Antiquité Tardive : outre l’évêque de Paris, on trouve un évêque de Rouen attesté en 461, et le célèbre Germain d’Auxerre. Or ce dernier meurt vers 448 et son culte se développe dès les années 470, non pas à Auxerre même, mais d’abord dans l’entourage de l’évêque de Lyon, où Constance de Lyon rédige une Vita du saint. Celle-ci s’adresse avant tout à un public d’aristocrates lettrés et présente une sainteté aristocratique, exigeante et élitiste ; le texte connaît une diffusion plus vaste sous l’impulsion de l’évêque Censurius d’Auxerre. Il n’est pas anecdotique de remarquer qu’Autun, évêché suffragant de celui de Lyon, est voisine de la cité d’Auxerre, avec laquelle son aristocratie et son clergé ont de nombreux échanges au cours du Ve siècle. C’est entre Auxerre et Autun que s’installe la frontière entre Francs et Burgondes ; et la famille de Germain est possessionnée vers Avallon, castrum à proximité de la cité d’Auxerre. Si l’on ajoute à cela que la Vita Germani montre l’évêque de Paris faire preuve de dévotions et de pratiques extrêmement similaires à celle de son homonyme auxerrois, il me paraît pertinent de proposer que ses parents, devenus adultes à l’époque où se développait le culte de Germain d’Auxerre, n’auront pas choisi ce nom au hasard, mais auront bel et bien voulu passer de l’onomastique hellénistique de leur famille à un autre marqueur social, en rattachant leur fils à naître au culte récent, local, prestigieux et aristocratique de saint Germain d’Auxerre.

Sources

Venance Fortunat, Vita Germani episcopi Parisiaci, éd. Bruno Krusch,dans MGH, SRM, t. VII, Hanovre, 1920, p. 372-418.

Bibliographie sélective

Badel Christophe, La Noblesse de l’empire romain : les masques et la vertu, Paris, 2005.

Barbier Josiane, Archives oubliées du haut Moyen Âge. Les gesta municipalia en Gaule franque (VIe-IXe siècle), Paris, 2014 (Histoire et Archives, n°12).

Favrod Justin, Histoire politique du royaume burgonde (443-534), Lausanne, 1997.

Germann Clara, Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien : parcours, réseaux et mémoire (début VIe – fin VIIIe siècle), thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, Paris, 2018.

Hostein Antony, La cité et l’empereur. Les Éduens dans l’Empire romain d’après les Panégyriques latins, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012.

Mistry Zubin, Abortion in the Early Medieval Ages, c. 500-900, Woodbridge, 2015.

Solin Heikki, Die Grieschischen Personennamen in Rom, Berlin/New York, 1982.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search