Etude d’une collection de torchis de l’Antiquité Tardive : Première approche sur le site de la Fontaine-aux-Moines (Touquin, Seine-et-Marne)

Auteure : Clémence Bernard, Master 2 Univ. Paris I-SAT

Le site de la Fontaine-aux -Moines se situe dans la commune de Touquin, en Seine-et-Marne. Il appartient au territoire Meldes, en contact avec les territoires Sénons et Parisii, proche de plusieurs gisements et axes de circulation antiques. Le site est fouillé depuis 2014 [fig. 1], révélant une bonne conservation des vestiges par solifluxion. Sur le site ont été mis au jour de nombreux fragments de torchis encore en place sur les solins, soulignant l’importance de ce bâti dans la construction de la Fontaine-aux-Moines. Le torchis est une technique architecturale en terre et bois largement utilisée en France. Sa connaissance archéologique et son étude restent peu développées en raison du faible intérêt qu’il suscite (Bardou et Arzoumanian 1978 ; Chazelles et Poupet 1984 ; Houben et Guillaud 1989 ; Chazelles 2005, 2010 ; Wattez 2009 ; Aurenche, Klein, Chazelles et Guillaud 2011). Ce matériau nous apporte de nombreuses informations et intervient dans la compréhension générale du bâti (Duvernay 2003 ; Cammas 2016 ; Bernard 2018, 2019). Nous présentons une première étude du torchis pendant l’Antiquité Tardive sur le site afin de proposer une approche méthodologique et d’apporter des pistes de réflexion.

fig. 1 Plan des fouilles de  » la Fontaine aux Moines » (2014-2019) (F. Rigault, com. pers.)

Le site de la Fontaine-aux-Moines

La Fontaine-aux-Moines est occupée au Néolithique final puis du IIe siècle jusqu’au début du VIe siècle. Le site antique tardif (seconde moitié du IVe siècle – début du VIe siècle) est implanté sur une précédente occupation du Haut-Empire (IIe siècle – fin du IIIe siècle), par de nouvelles constructions et une réutilisation des matériaux antiques. Les anciens bâtiments ne sont pas réoccupés. Un incendie marque la fin du IVe siècle et le début du Ve siècle, puis les anciennes structures sont remblayées et une voie est construite. Cette période de réorganisation du site se fait par la construction en torchis. Cependant, les activités agricoles médiévales ont largement perturbé ces couches d’occupation, rendant difficile la compréhension de la fin de la période. Les structures de l’Antiquité Tardive se composent de fonds de cabane et de bâtiments sur solins, poteaux et torchis. La taille et la forme des bâtiments sont assez diverses. L’état de conservation permet d’avoir des niveaux de circulations et d’occupations permettant quelques fois d’identifier les activités comme la boucherie ou la métallurgie. Les fouilles réalisées par la S.A.T. ont permis d’identifier une occupation en trois gisements : un espace résidentiel au sud, un espace de cours et un secteur d’artisanat (zone de boucherie, outils de tissage, activités de métallurgie). Dans le cadre de cette étude, nous étudions cinq structures ayant fourni des vestiges de terre architecturale : la structure F55 (un bâtiment en terre et bois), la structure F67 (une zone d’activité empierrée considéré comme zone de boucherie), la structure F91 (une voie de circulation), la structure F94 (un autre bâtiment), et enfin la structure F110 (un bâtiment en bois et torchis avec solins et trous de poteaux). Les fragments hors fait sont laissés de côté.

Démarche méthodologique

Lors des fouilles, 461 fragments ont été ramassés, soit 7689 grammes. L’étude de ces fragments s’est faite selon une méthodologie d’observation macroscopique (Labille 2008 ; Labille, Gilabert et Onfray 2014 ; Onfray 2010, 2012, 2014). L’étude techno-morphologique employée se compose de plusieurs étapes (l’échantillonnage, la description des pâtes, l’étude des empreintes, le remontage, l’enregistrement, la documentation). La première étape de l’analyse est l’échantillonnage, pour observer et trier les fragments. Ils sont ensuite regroupés selon des critères morphologiques similaires (même préparation de la pâte, traitements de surface identiques). La description des pâtes correspond à des compositions de pâtes différentes. Nous utilisons six catégories d’éléments à observer pour cette étude : l’aspect général, l’altération par le feu, la présence d’inclusions minérales et végétales, la présence d’empreinte digitale, l’ajout de couches sur le fragment, le traitement des surfaces. Nous observons également les empreintes laissées par la superstructure végétale qui compose le clayonnage du torchis (Bonnaire et Tengberg 2006, Bonnaire 2011), en étudiant la courbure de l’empreinte, son aspect, la présence de crénelures dans l’empreinte et l’organisation des empreintes entre elles lorsque plusieurs sont identifiées sur le même fragment. Lorsque la conservation des vestiges nous le permet, le remontage peut être effectué pour tenter de reconstituer une partie de la structure. Dans le cas de la Fontaine-aux-Moines, les fragments sont très érodés et l’absence de cassures nettes ne permet pas cette opération. Enfin, il est nécessaire d’enregistrer les fragments en raison de leur grande fragilité. Cela permet également de garder une trace des observations effectuées. Chaque fragment est donc enregistré par ses informations de terrain (site, année de fouille, numéro d’US, fait), ses mesures (poids, longueur, largeur, épaisseur) et par les critères descriptifs cités précédemment. La documentation des fragments est complétée par la photographie des fragments ainsi que du dessin archéologique, qui permet de mieux comprendre la disposition des empreintes, des surfaces ou d’éléments particuliers sur le fragment [fig. 2].

fig. 2 : dessin archéologique du fragment n°20 (C. Bernard)

Les premiers résultats

Après échantillonnage, 337 fragments ont été gardés pour l’étude, soit 7,1 kg. La plupart des fragments ont été ramassés dans la structure F55 (213 fragments). Une grande quantité a également été retrouvée dans la structure F94 (81 fragments). La structure F67 présente 25 fragments. Les structures F83, F110 et les zones hors fait comportent chacune moins de 10 fragments, soit 18 fragments au total. F91 ne présente qu’un fragment, trop petit pour être étudié. Les corpus sont très inégaux. L’étude techno-morphologique indique que la pâte utilisée dans la construction est la même pour tous les fragments. Il s’agit d’un limon argileux homogène qui présente quelques inclusions minérales importantes et de nombreuses inclusions végétales très fines.

La terre utilisée n’a pas été travaillée avant l’application liquide sur le clayonnage. Parmi les quatre structures étudiées, trois sont des bâtiments (F55, F94 et F110). Les épaisseurs diffèrent, ainsi que la taille des empreintes. En effet, F55 est un grand bâtiment avec des murs relativement épais (1,7 cm d’épaisseur) et des empreintes importantes (3,5 cm de large). Les végétaux utilisés sont de plus grande taille pour supporter une structure importante et un toit. Des traces de lissages sont également visibles. F94 est une structure plus petite et les murs (1,5 cm d’épaisseur) et les empreintes (jusqu’à 2,8 cm) sont moins importants larges. F110 présente les mêmes caractéristiques que F94, avec des empreintes un peu moins larges (2,1 cm). Aucun traitement n’a été identifié sur F94 et F110. La zone d’activité F67 possède des caractéristiques proches de F55, avec des murs épais (1,7 cm), des empreintes importantes (2,8 cm au maximum) et surtout en grande quantité (1,7 empreintes par fragment). Cet espace a dû nécessité une construction solide pour accueillir un toit, ce qui explique la grande quantité de végétaux dans le clayonnage.

Les différentes restitutions possibles de clayonnage montrent que les empreintes sont très proches les unes des autres, ce qui correspond à un clayonnage très serré. En effet, la grande quantité d’empreinte sur les fragments traduit un maillage serré du clayonnage. Plusieurs empreintes sont plates et larges, ce qui correspond à du bois travaillé (Bernard 2019). Ces éléments sont séparés par divers végétaux plus fins et entiers (empreintes convexes), qui correspondent plutôt à des branches venues consolider les larges éléments en bois en les maintenant entre eux. La grande quantité d’empreinte montre aussi que le clayonnage n’est pas régulier et semble avoir été consolidé avec plusieurs types de végétaux dans un souci de solidité et non dans une maîtrise technique de la construction.  La mise en œuvre n’étant pas toujours très nette, la question du soin apporté aux structures se pose. Il est possible que certaines branches soient venues consolider des clayonnages en bois, ou que le limon argileux ait plutôt une fonction de liant que d’élément constructif. L’absence de traitement de surface peut indiquer que la construction a un but fonctionnel plutôt qu’esthétique. Dans le cas de F55, le lissage présent peut s’expliquer par le caractère important de la structure.

Conclusion

Cette première étude apporte quelques pistes de réflexion, mais surtout une méthodologie bien définie afin d’étudier le torchis archéologique. Des études doivent être menées sur ce type de vestiges pour proposer des typologies, des comparaisons et des réflexions sur le bâti en terre à l’Antiquité Tardive, mais également à d’autres périodes.

Cette approche doit être complétée par d’autres études, comme l’étude du bâti, la carpologie et l’anthracologie (avec un référentiel d’empreintes végétales modernes), la géoarchéologie ou encore l’archéologie expérimentale (Delhon 2006 ; Peinetti, Aprile, Caruso et Speciale 2017). Le croisement de ces recherches permettrait de mieux caractériser le bâti en terre utilisé sur le site et de le comparer afin de proposer une étude plus globale sur la construction en torchis.

Bibliographie

Aurenche O., Klein A., Chazelles C.-A., Guillaud H. (2011), Essai de classification des modalités de mise en œuvre de la terre crue en parois verticales et de leur nomenclatures, in C.-A. Chazelles, C. Darles, H. Guillaud, A. Klein, N. Pousthomis (éds), Les cultures constructives de la brique crue. Archéologie, architecture, histoire, ethnographie, lexicographie, sciences des matériaux. 3e échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue. Actes du colloque international des 16 et 17 mai 2008, Université de Toulouse 2 – Le Mirail, Éditions Espérou, pp. 473-475.

Bardou P., Arzoumanian V. (1978) Archi de terre, Editions Parenthèses, Roquevaire, 103p. 

Bernard C.

(2018) L’étude d’une collection de vestiges en terre crue (bajareque) dans la culture Chupicuaro, Mexique : les sites de JR74 et TR6, Mémoire de master 2 : Archéologie, Sciences pour l’Archéologie, sous la direction de Brigitte Faugère, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 136 p.

(2019) La question du stockage à Malpaís Prieto, (Michoacán, Mexique) à travers l’étude d’un grenier préhispanique. Analyse techno-morphologique des fragments de torchis de la structure BC121, Mémoire de master 2 : Archéologie, Sciences pour l’Archéologie, sous la direction de Christophe Petit et Michelle Elliott, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 185 p.

Bonnaire E. (2011) « Les empreintes végétales dans la terre à bâtir. Identification des céréales utilisées comme dégraissant », in C.-A. Chazelles, C. Darles, H. Guillaud, A. Klein, N. Pousthomis (éds), Les cultures constructives de la brique crue. Archéologie, architecture, histoire, ethnographie, lexicographie, sciences des matériaux. 3e échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue. Actes du colloque international des 16 et 17 mai 2008, Université de Toulouse 2 – Le Mirail, Éditions Espérou, pp. 473-475.

Bonnaire E., Tengberg M. (2006) « Eléments pour l’identification des empreintes végétales dans la terre à bâtir (Dégraissants organiques) », in Table ronde – Dégraissants organiques : thème 7, Cahier des thèmes transversaux ArScAn, n°7, pp. 8-13. 

Cammas C. (2016) « La construction en terre de l’âge du Fer à nos jours : L’apport de la micromorphologie à la compréhension des techniques », Archéopages, n°42, pp. 58-67.

Chazelles de C.-A.

(2005), « Éléments architecturaux et mobilier domestique en terre crue », in L. Carozza, La fin du Néolithique et les débuts de la métallurgie dans le Languedoc central : les habitats de la colline du Puech Haut à Paulhan, Hérault, Archives d’Ecologie Préhistorique, EHESS, Toulouse, pp. 237-265.

(2010) « Terre modelée et terre moulée, deux conceptions de la construction en terre », in R. Carvais, A. Guillerme, V. Negre, J. Sakarovitch, Edifice et artifice : Histoires constructives, A. et J. Picard, Paris, pp. 411-419.

Chazelles de C.-A., Poupet P. (1984) « L’emploi de la terre crue dans l’habitat gallo-romain en milieu urbain :        Nîmes », Revue archéologique de Narbonnaise, Tome 17, pp. 71-101.

Delhon C. (2006) « Potentiel de l’analyse des phytolithes contenus dans les pâtes céramiques et les matériaux de construction », in Table ronde – Dégraissants organiques : thème 7, Cahier des thèmes transversaux ArScAn, n°7, pp. 14-21.

Duvernay T. (2003) « La construction en terre crue : potentiels des restes en positions secondaires, le cas d’un site rural du Bassin-Parisien, opération archéologique préventive de Ville Saint-Jacques / Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) », in C.-A. Chazelles et A. Klein (dir.), Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, vol. 1, Terre modelée, découpée ou coffrée, matériaux et modes de mise en œuvre, Montpellier, 17-18 novembre 2001, Montpellier, Éditions de l’Espérou, p. 55-71.

Houben H., Guillaud H. (1989) Traité de construction en terre, CRATerre, Editions Parenthèses, Marseille, France, 355 p. 

Labille M. (2008) Potentiel de l’étude des vestiges de construction en terre crue : mise en place d’un protocole d’étude pour le torchis à partir de la série issue du site néolithique de la Fare (Forcalquier – Alpes de Haute Provence), Mémoire de Master 2 Mondes Anciens et Médiévaux – Spécialité Préhistoire et Protohistoire, sous la direction de Claude Mordant, Dijon, Université de Bourgogne, 70 p.

Labille M., Gilabert C., Onfray M.  (2014) « Approches techno-morphologiques des architectures néolithiques en torchis en France : de la fouille à l’analyse de l’espace construit », in I. Senepart, C. Billard, F. Bostyn, I. Praud, E. Thirault (dir.), Méthodologie des recherches de terrain sur la préhistoire récente en France : nouveaux acquis, nouveaux outils, 1987-2012, Actes des premières rencontres nord/sud de Préhistoire récente, Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente/InterNéo, Marseille, Mai 2012, pp. 305-478.

Onfray M. 

(2010) Approche géoarchéologique de l’utilisation de la terre crue au Néolithique final dans le Centre Ouest de la France : le cas du site des « Vaux » à Moulins-sur-Céphons (36), Mémoire de Master 2 Mondes Anciens et Médiévaux Spécialité « Archéologie, Cultures, Territoires et Environnement » (ACTE), sous la direction de Olivier Lemercier, Dijon, Université de Bourgogne, 153 p.  

(2012) « Etude des vestiges de terre crue brûlée de Champ-Durand (Vendée) » in R. Joussaume (dir.), L’enceinte néolithique de Champ-Durand à Neuil-sur-l’Autise (Vendée), Éd. Association des Publications Chauvinoises, Mém. XLIV, Chauvigny,    pp. 599-685. 

(2014) « La question de l’utilisation du torchis dans l’aménagement des enceintesnéolithiques du Centre-Ouest de la France : exemples comparés des enceintes de ChampDurand à Nieul-sur-l’Autise (Vendée) et de Bellevue à Chenommet (Charente) », in R. Joussaume et J.-M. Large (dir.), Enceintes néolithiques de l’Ouest de la France de la Seine à la Gironde, Actes du colloque CrabeNéo, Éd. Association des Publications Chauvinoises, Mém. XLVIII, Chauvigny, pp. 321-334. 

Peinetti A., Aprile G., Caruso K., Speciale C. (2017) « Looking for a Scientific Protocol in Prehistoric Daub Experimental Project », in R. Alonso, J. Baena et D. Canales (dir.), Playing with the time. Experimental archeology and the study of the past, Servicio de Publicaciones de la Universidad Autónoma de Madrid, pp. 307-312.

Wattez J. (2009) « Enregistrement sédimentaire de l’usage de la terre crue dans les établissements néolithiques du Sud de la France : le cas des sites du Néolithique final de La Capoulière 2 et du Mas de Vignoles IV », in De la maison au village. L’habitat néolithique dans le Sud de la France et le Nord-Ouest méditerranéen ACTES DE LA TABLE RONDE des 23 et 24 mai 2003 Marseille/Musée d’Histoire de la Ville de Marseille (Séance de la Société Préhistorique Française), pp. 199-218.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search