Les militaria de la seconde moitié du IIIème siècle ap. J.-C. dans les sites civils du nord-est de la Gaule : le cas d’Autun-Augustodunum (Saône-et-Loire).

Auteure : Laure Cassagne, Master 2, Univ. Paris I

La présence à Autun-Augustodunum d’un corpus conséquent de militaria pourrait-être révélatrice de la présence de l’armée dans la ville pendant la seconde moitié du IIIème siècle.

Les militaria désignent les objets en lien avec la sphère militaire : les armes, l’équipement personnel et le harnachement. Le harnachement ayant été utilisé à la fois par les militaires et par les civils. Les militaria d’Augustodunum n’ont commencé à être étudiés qu’à partir des années 2000 (Labaune 1999-2000, Kasprzyk 2005) mais n’ont été pris en compte que secondairement, dans des études de plus grande ampleur. Ils n’ont à ce jour pas fait l’objet d’une réelle synthèse.

L’étude présentée ici résulte d’un travail universitaire de Master 1 effectué en 2016/2017 à l’université Paris 1 sous la direction de Laure Laüt, Michel Kasprzyk et Michel Reddé.

Le corpus regroupe 160 individus. Il s’agit du plus gros ensemble de militaria provenant d’un site civil de Gaule intérieure après ceux d’Augusta Raurica et d’Aventicum en Suisse. L’armement (armes offensives et défensives) regroupe 47 individus (29%), l’équipement personnel (fibules, ceinturons, baudriers) regroupe 25 individus (16%) et enfin, le harnachement (mors, anneaux, phalères, appliques et pendants de harnais) regroupe 88 individus (55%).

Seul 41% des objets ont une provenance connue contre 59% dont la provenance est inconnue car ils proviennent des collections anciennes du Musée Rolin établies dans le courant du XIXème siècle.

L’attribution typo-chronologique du mobilier a principalement été effectuée par comparaison avec les camps militaires du limes (Saalburg, Zugmantel, Feldberg, Niederbieber, etc.) (Schleimacher 2000), les forts militaires de Bretagne (Caerleon, South Shields, etc.) (Allason-Jones, Miket 1984, Miks 2007), les sites civils de Germanie Supérieure (Aventicum et Augusta Raurica) (Deschler-Erb 1998, Schatzmann 2013), de Gaule Belgique (Durocortorum) et de Syrie et de Turquie (DouraEuropos et Zeugma) (Frisch, Toll, 1949)Ces comparaisons permettent de dater le corpus d’Autun principalement de la seconde moitié du IIIème siècle. A ces datations s’ajoutent celles de la stratigraphie car les objets dont la provenance est connue proviennent essentiellement de niveaux d’abandon de la fin du IIIème siècle.

La répartition des militaria [fig. 1] est diffuse dans toute la ville sauf au sud où ils sont quasiment absents. Les provenances inconnues ainsi que l’absence d’opération archéologiques dans ces zones expliquent ce constat.

Fig. 1 : répartition des sites de découverte, fond de carte : service archéologique de la ville d’Autun.

Quelques concentrations remarquables [fig. 2] doivent être mentionnées : le théâtre extramuros du Haut-du-Verger, le site de la rue des Pierres, la Caserne Changarnier et les sites du Pavillon Saint-Louis et de la Maison de retraite le long du cardo maximus. Une boucle de ceinturon, une spatha en fer ainsi que trois fibules cruciformes précoces typiques de la seconde moitié du IIIème siècle ont été découvertes dans des niveaux de démolition du théâtre (Kasprzyk 2005, cat. p. 166). J.-G. Bulliot mentionne également plusieurs traits de catapulte de la fin du Haut-Empire dans cette zone (Bulliot 1880, p. 419-462, Kasprzyk 2005, p. 154). La réutilisation des théâtres antiques en tant que lieux de garnisons à cette époque est connue. C’est le cas à Aventicum où de nombreux militaria de la seconde moitié du IIIème siècle ont été découverts (Matter 2009).

fig. 2 : de gauche à droite : le théâtre du Haut-du-Verger, le puits romain de la caserne Changarnier, la rue des pierres, le Pavillon Saint-Louis/la maison de retraite.

Dans le site de la rue des Pierres, à proximité directe de l’enceinte du Haut-Empire ont été découverts, dans des niveaux d’abandon de la fin du IIIème siècle, six éléments : une garde et une bouterolle de spatha en os, un fer de lance, une écaille de cuirasse, une fibule cruciforme précoce et une applique de harnais (Kasprzyk 2005, cat. p. 96). A la Caserne Changarnier, dans un puits romain, près de l’enceinte du Haut-Empire, ont été découverts onze éléments : un mors, sept appliques de harnais, un bouton de harnais et une épée courte (Kasprzyk 2005, cat. p. 163). Sur les sites du Pavillon Saint-Louis et de la Maison de retraite, le long du cardo maximus, vingt-sept éléments de poignées et de fourreaux de spathae en os ont été découverts dans des niveaux de remblais du trottoir du portique, datés de la fin du IIIème siècle (Kasprzyk 2005, cat. p. 128). Cette concentration pourrait indiquer une zone de production d’éléments de militaria en os à la fin du IIIème siècle. C’est un artisanat qui nécessite peu d’infrastructures et une matière première très accessible. La présence d’une production de militaria le long d’un axe fortement commercialisé à cette époque suppose une demande forte et spécifique et pourrait indiquer une forte présence militaire. Une étude sur l’éventuelle présence de rejets de fabrications et d’ébauches est souhaitable pour approfondir le sujet. L’uniformité et l’ampleur du corpus (160 NMI) permet d’envisager une présence militaire à Augustodunum au moins pendant la seconde moitié du IIIème siècle et sans continuité évidente avec les périodes antérieures (46 NMI) (Fort, Labaune, Tisserand 2008) et postérieures (34 NMI) (Kasprzyk 2005, p. 155).  La caractérisation de cette occupation relève uniquement du domaine de l’hypothèse. Il ne peut s’agir de vétérans car le profil des objets est trop uniforme et les datations typologiques sont trop resserrées dans le temps. Aucun indice de casernement n’a été découvert dans la ville, ce qui pourrait indiquer un cantonnement soit chez l’habitant, soit dans le théâtre extramuros (Kasprzyk 2005, pp. 154-155).

D’après les Panégyriques latins, la ville aurait subi un siège pendant l’hiver 269/270 ap. J.-C. par l’empereur gaulois Victorin. Aucune trace matérielle de ce siège n’a été découverte à ce jour. Une attribution systématique de la présence de ces militaria au siège de Victorin est dangereuse mais l’hypothèse ne doit pas être écartée. Les chroniqueurs de l’époque auraient volontairement exagéré les faits pour des raisons politiques et économiques de restauration de la ville par les empereurs Constance Chlore et Constantin (CAG 71/1, p.32)

En 298, Eumène mentionne la présence des légions de l’empereur Constance Chlore hivernant avec ses troupes en territoire Eduen mais n’indique pas qu’elles aient stationnées dans la ville. Elles auraient été chargées de la restauration des abductions en eau de la ville (Galletier 1949, p. 121-138).

L’ensemble du corpus est principalement datable de la seconde moitié du IIIème siècle, de 260 à 280. La plupart des objets sont représentatifs des types utilisés par l’armée romaine à cette époque et sont contemporains du début du déclin de la ville à la fin du IIIème siècle.

La situation d’Augustodunum n’est pas anecdotique puisqu’on observe un phénomène similaire à Augusta Raurica et à Aventicum à la même époque.

Bibliographie

ALLASON-JONES (L.), MIKET (R.), The Catalogue of Small Finds from South Shields Roman Fort, The Society of Antiquaries of Neawcastle upon Tyne, Monograph Series 2, 1984.

BULLIOT (J.-G.), « Fouilles du quartier de la Genetoye et du temple de Janus », MSE, IX, 1880.

DESCHLER-ERB (E.), Römische Beinartefakte aus Auf Augusta Raurica. Rohmaterial, Technologie, Typologie und Chronologie, Text und Tafeln, Forschungen in Augst, 27/1, Augst, 1998.

EUMENE, Oratio pro instaurandis scholis, IV, 3, in GALLETIER E. (éd. et trad.), Les Panégyriques latin, I, Paris, 1949, pp.121-138 (Pan. Lat., V).

FORT (B.), LABAUNE (Y.), TISSERAND (N.), « Les militaria datés du début du Haut-Empire à Autun/Augustodunum et dans les collections du musée Rolin », in POUX (M.) (dir.), Sur les traces de César. Actes de la table ronde du 17 octobre 2002 (Glux-en-Glenne), 2008, Bibracte : Centre archéologique européen.

FRISCH (T.G.), TOLL (N.P.), The excavations at Dura Europos. Part IV. The bronze objets. Fascicle 1. Pierced Bronzes, Enameled Bronzes and Fibulae, Yale University, New Haven, 1949.

KASPRZYK (M.), Les cités des Eduens et de Chalon durant l’Antiquité tardive (vers 260-530) : contribution à l’étude de l’Antiquité tardive en Gaule centrale, Thèse de doctorat sous la direction de SAURON (G.), Université de Bourgogne, Dijon, 2005.

LABAUNE (Y.), Le mobilier métallique gallo-romain d’Autun-Augustodunum. Bilan et perspectives à partir des collections anciennes conservées au Musée Rolin à Autun. Mémoire de D.E.A. d’Archéologie Classique, dirigé par SAURON (G.), Université de Bourgogne, Dijon, 1999-2000.

MATTER (G.), Die römische Theater von Avenches/Aventicum : Architektur, Baugeschichte, Kulturbistorische Aspekte, Cahiers d’archéologie romande, 114, Aventicum XV, 2 Vol., Lausanne, 2009.

MIKS (Chr.), Studien zur römischen Schwertbewaffnung in der Kaiserzeit, Kölner Studien zur Archäologie der römischen provinzen, 8, Cologne, 2007.

Notitia dignitatum, Occ., XI, 59, in SEECK (O.) (éd.), Notitia dignitatum accedunt Notitia urbis Constantinopolitanae et latercula provinciae, Berlin, 1876 (reéd.) Francfort, 1962).

SCHATZMANN (R.), Die Spätzeit der Oberstadt von Augusta Raurica, Untersuchungen zur Stadtentwicklung im 3. Jahrhundert, Forschungen in Augst, 48, Augst, 2013.

SCHLEIMACHER (M.), « Römisches Pferdegeschirr aus den Kastellen, Saalburg, Zugmantel und Feldberg », Saalburg-Jahrbuch-Mainz, 50, 2000.

VOIROL (A.), « Etats d’armes : les militaria d’Avenches/Aventicum », Bulletin de l’Association Pro Aventico, 42, 2000.



Citer ce billet
aburgevin (2020, 17 novembre). Les militaria de la seconde moitié du IIIème siècle ap. J.-C. dans les sites civils du nord-est de la Gaule : le cas d’Autun-Augustodunum (Saône-et-Loire). Antiquité tardive en Gaule. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d20t

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search