La nécropole paléochrétienne de Saint-Pierre-l’Estrier (Autun, Saône-et-Loire), actualité des découvertes.

Auteur : Yannick Labaune, Service archéologique de la ville d’Autun, UMR 6298 ArTeHis

Un diagnostic archéologique a été réalisé du 4 au 15 novembre 2019 sur la commune d’Autun, à Saint-Pantaléon au lieu-dit Saint-Pierre sous la direction du Service Archéologique de la Ville d’Autun, en collaboration avec l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives.

Cette campagne de sondages a été menée à proximité immédiate de l’église paléochrétienne de Saint-Pierre-l’Estrier [fig. 1], monument encore conservé en élévation et classé au titre des monuments historiques. Cet édifice religieux a été édifié au IVe s. de notre ère sur les ruines d’une villa périurbaine (grand domaine agricole) du haut Empire. Il est intégré à un important cimetière se développant durant l’Antiquité tardive à l’emplacement de l’actuel hameau de Saint-Pierre. Cette nécropole accueille les sépultures de chrétiens parmi les plus anciennes du nord de la Gaule, son organisation est décrite par Grégoire de Tours. L’inscription dite de Pectorios  découverte en 1839 dans le hameau de Saint-Pierre  et conservée au musée Rolin est un précieux témoignage de l’émergence de cette nouvelle religion.

Fig. 1 : vue aérienne de la parcelle sondée, des fenêtres de fouilles et de l’environnement archéologique proche, Y. Labaune, (c) Comair.

Jusqu’à présent, d’un point de vue archéologique, cette aire funéraire était uniquement connue par les fouilles circonscrites aux environs immédiats de l’église réalisées dans les années 1980 sous la direction de Christian Sapin, avec la collaboration de Walter Berry, Jean-Charles Picard et Baily Young et par un ensemble d’interventions très  ponctuelles et limitées dans le hameau, au gré des travaux d’urbanisation du secteur.

L’opération archéologique menée par le Service Archéologique de la Ville d’Autun a permis d’intervenir pour la première fois sur une parcelle vierge d’aménagements depuis l’Antiquité sur une superficie importante de près de 1500 m² et ce à moins de 100 m au nord de l’église [fig. 1]. Les découvertes datées du IVe s. de notre ère ont été spectaculaires.

Vingt-cinq sépultures en cercueil de bois ont été mises au jour au cours de cette évaluation, mais également trois sarcophages en pierre de forme rectangulaire. L’un d’entre eux a fait l’objet d’une étude plus approfondie et a été ouvert [fig. 2]. La fouille a montré qu’il recelait un cercueil de plomb également fermé par un couvercle. Il a été décidé de ne pas poursuivre la fouille dans l’immédiat, dans l’attente de moyens complémentaires. Ce type de sépulture, avec un défunt situé dans un cercueil de plomb lui-même déposé à l’intérieur d’un sarcophage en pierre est assez rare : les premières recherches documentaires ont fourni des comparaisons à Autun même (un exemplaire conservé au musée lapidaire) mais aussi à Chalon-sur-Saône (deux exemplaires attestés). Pour une période plus récente on rappellera la présence d’un « coffre de plomb » observé en 1632 à l’intérieur du sarcophage en pierre de la reine Brunehaut inhumée en 613 dans le monastère Saint Martin d’Autun.

fig. 2 : vue zénithale d’un des sarcophages en pierre rectangulaire accueillant un cercueil en plomb fermé par un couvercle, IVe s. de notre ère, Y. Labaune.

Il a également été possible de mettre en évidence la présence d’un mausolée de forme quadrangulaire de 6 m x 4,65 m qui accueillait une tombe centrale, probablement en sarcophage [fig. 3]. Jusqu’à présent, seuls trois mausolées de cette période découverts à Autun font l’objet d’une description individuelle. Le premier, dont les vestiges ont disparu, est décrit dans un texte du XVIIIe s. : de plan carré il mesure 3 m de côté et il s’élevait sur 4,50 m de hauteur à proximité de l’église Saint-Pierre, il aurait accueilli la dépouille d’Amator, un évêque légendaire du IVe s. Le second a été découvert dans les années 1980 devant l’église de Saint-Pierre l’Etrier à l’occasion de travaux d’enfouissement de réseaux rue de l’Hermitage : de plan rectangulaire (7 m x 6 m) cette construction aurait précédé l’édification du bâtiment de culte et défini son implantation. Le dernier a été mis au jour en 1841 un peu plus loin, le long de la rue Moirans : de forme rectangulaire (8 x 5 m) il aurait accueilli au moins 20 sarcophages de pierre (dont la forme, rectangulaire ou trapézoïdale, n’est pas décrite).

Fig. 3 : Mausolée funéraire du IVe s. de notre ère, en cours de fouille, Y. Labaune.

Ce secteur funéraire paléochrétien mis au jour lors de cette évaluation du Service Archéologique de la Ville d’Autun recèle donc de nombreuses sépultures en cercueil de bois (potentiellement un ensemble de 167 sépultures) mais aussi un ensemble de tombes privilégiées (en sarcophages de pierre et/ou en cercueil de plomb), organisées autour d’un ou plusieurs mausolées. Le site se révèle ainsi exceptionnel de par le potentiel d’informations sur les structures et pratiques funéraires de l’Antiquité tardive, sur les monuments, les sarcophages en pierre et les cercueils en plomb.

Si le projet est maintenu et qu’une fouille est prescrite, elle offrira surtout la possibilité d’explorer sur une superficie conséquente un type d’ensemble funéraire très rarement exploré pour ces périodes.



Citer ce billet
aburgevin (2020, 26 novembre). La nécropole paléochrétienne de Saint-Pierre-l’Estrier (Autun, Saône-et-Loire), actualité des découvertes. Antiquité tardive en Gaule. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d20u

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search