La monnaie d’argent dans les provinces continentales du nord-ouest de l’Empire romain : entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge

Auteurs : Pierre-Marie Guihard (Univ. Caen Normandie, CRAHAM), Jérémie Chameroy (RGZM), Ludovic Trommenschlager (doctorant EPHE)

Présentation d’un programme dédié à l’Inventaire des Trouvailles d’Argent Monnayé (ITAM) du  IVe au VIe siècle

On a longtemps cru que l’arrêt de la frappe régulière du bronze à la fin du IVe siècle dans les provinces transalpines et l’hégémonie de l’or qui s’affirme au cours de la même période auraient entraîné une régression de l’usage de la monnaie dès le début du Ve siècle en Occident. En réalité, les provinces romaines où s’installent les royaumes germaniques subissent de profondes transformations tant au niveau politique qu’économique. Ainsi, les nouveaux reges prennent une part active dans la frappe de l’or en copiant la monnaie impériale et, s’ils ne renouent pas avec la frappe du bronze, ils poursuivent tout au moins celle de l’argent [fig. 1], dont l’importance n’a cessé de croître dans les échanges depuis le milieu du IVe siècle. Il est donc intéressant d’aborder l’économie monétaire des IVe-VIe siècles à partir de l’argent monnayé, qui n’a été qu’à peine étudié jusqu’ici.

Un colloque organisé en 2017 à l’Université de Caen[1] a permis de mettre l’accent sur la diversité de l’argent monnayé romain et barbare, tout en suggérant qu’au sein de l’économie de l’Empire et des royaumes, la monnaie d’argent jouait un rôle plus important que ne le laissent penser les sources. À l’issue de cette rencontre, la nécessité de dresser un inventaire systématique des trouvailles de monnaies d’argent est apparue évidente.

Ce travail d’inventaire a vu le jour en 2019 avec un programme de recherche soutenu par la région Normandie et codirigé par le CRAHAM et le RGZM. Le but est de créer une base de données recensant et décrivant précisément les découvertes de monnaies d’argent frappées du IVe au VIe siècle, avec un intérêt particulier pour le contexte archéologique de chacune d’elles. La zone étudiée embrasse les provinces continentales du nord-ouest de l’Empire romain, comprenant aujourd’hui la France (au nord de la Loire), la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg ainsi que l’Allemagne à l’ouest du Rhin : une aire de forte concentration de l’argent monnayé qui recoupe d’ailleurs en tout point l’aire de diffusion de l’argent non monnayé, délimitée par les trouvailles de lingots d’argent. L’espace géographique couvert par ce programme forme une zone privilégiée de circulation de l’argent – un pendant continental à la Bretagne insulaire, elle aussi riche en argent, et dont l’évolution économique est très liée à la Gaule du Nord jusqu’à la fin du IVe siècle.

Créée en collaboration entre les numismates et le pôle numérique de l’université de Caen, la base de données a été écrite en XLM-EAD, permettant à terme une accessibilité et une utilisation sur Internet. Elle est structurée autour de plusieurs niveaux : site, commune, région et pays. L’interface est divisée en trois parties hiérarchisées. La première contient les données spécifiques au site : nom, géolocalisation, année de découverte, description succincte, type de site, bibliographie ainsi que le lieu de conservation du mobilier. Le deuxième niveau concerne le contexte précis d’où proviennent les monnaies comme le nom de la structure ou de son US et sa description. Nous terminons par la partie numismatique qui intègre les données propres à la monnaie : pouvoir émetteur, période de frappe, dénomination, description de la monnaie, la bibliographie spécifique ainsi que les liens vers les photographies et le copyright. Ce système d’enregistrement des données permet de créer autant de contextes et de monnaies associées que nécessaire.

Le projet a permis de réaliser un inventaire bibliographique et photographique des découvertes anciennes et récentes lorsque cela était possible. En cherchant à atteindre une certaine exhaustivité, nous sommes partis des grands ouvrages de synthèses consacrés en tout ou partie aux découvertes de monnaies d’argent pour intégrer ensuite des données plus éparses figurant dans la bibliographie. Dans le cadre du projet, nous avons essayé de privilégier les déplacements pouvant amener à l’intégration de données inédites ou de monnaies dont les photographies étaient absentes de la bibliographie. Nous avons pu remonter à la source de nombreuses découvertes anciennes afin de récupérer informations et images. De plus, la bibliographie récente présentée en partie lors du colloque organisé à Caen[2] et la littérature grise que sont les rapports archéologiques, ont permis de compléter les ouvrages de synthèse.

Compte tenu de la rareté relative de ce monnayage en contexte, les missions qui correspondaient majoritairement à des déplacements dans les musées ont été très fructueuses, permettant de collecter plus d’une centaine de monnaies : le musée Boucher-de-Perthes d’Abbeville, le musée archéologique d’Arlon, le musée départemental d’art ancien et contemporain d’Épinal, le musée Gallo-Romain de Bisheim, le Musée National d’Histoire et d’Art du Luxembourg, le Cabinet Royal de Numismatique de la KBR de  Bruxelles, le Département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bnf à Paris, le MAN à Saint-Germain-en-Laye, le Musée Carnavalet à Paris, le Rheinisches Landesmuseum de Trèves, le LVR-LandesMuseum de Bonn, le musée Burg Linn de Krefeld-Gellep, le RGZM et la GDKE de Mayence. En plus de documenter des découvertes déjà connues, ces visites ont permis de mettre au jour des monnaies qui n’avaient jusqu’ici fait l’objet d’aucun signalement.

Ce travail a ainsi permis de regrouper un important numéraire d’argent pour la période et la zone étudiées. La carte de répartition s’appuie sur les limites administratives actuelles, comme établi par J.-P. Callu et X. Loriot pour leur inventaire de l’or monnayé[3]. Elle prend ainsi en compte les frontières antiques et modernes afin de faciliter la spatialisation des monnaies sur la carte. Ce premier bilan comprend 1934 monnaies [fig. 2]. Les chiffres fournis concernent les monnaies frappées entre 294 et 408 et celles frappées entre 408 et 580/600. Cette carte permet de visualiser les premières tendances pour cette large région d’étude que sont la Gaule Belgique, la Gaule Lyonnaise et les Germanies. Nous pouvons noter un certain équilibre des chiffres, vecteur d’une certaine continuité entre le IVe et les V-VIe siècles, ainsi qu’une augmentation des découvertes monétaires à mesure que l’on se rapproche du limes rhénan[4].

Fig. 2 : Les découvertes d’argent monnayé dans les provinces continentales du nord-ouest de l’Empire romain. Premiers résultats.

Notre inventaire a suivi une approche à la fois spatiale et archéologique des découvertes sur la longue durée ; il est en cela complémentaire des travaux que Guillaume Blanchet mène sur les monnaies d’argent des Ve et VIe siècles dans le cadre d’une thèse de doctorat. Le travail d’intégration de nouvelles données continuera par le biais de Jérémie Chameroy et Pierre-Marie Guihard[5], ce qui implique qu’il sera toujours possible de fournir de la documentation pour alimenter la base. À terme, ce travail d’inventaire fera l’objet d’une publication de synthèse et d’une ouverture en open access sur Internet de l’outil de base de données. Dans cette perspective, ITAM a pour ambition de livrer aux chercheurs un outil facilitant l’identification et l’étude comparative des différents types monétaires romains, francs, burgondes et ostrogothiques attestés dans les régions considérées. Mais il offrira surtout une documentation aussi exhaustive que possible afin d’analyser les constantes comme les évolutions dans la production et les usages de la monnaie d’argent après l’établissement du royaume mérovingien en Gaule du Nord.


[1] J. Chameroy, P.-M. Guihard (dir.), Argentum Romanorum sive Barbarorum. Permanences et évolution des usages monétaires de l’argent du IVe siècle au VIe siècle dans l’Occident romain / Tradition und Entwicklung im Gebrauch der Sibermünze im römischen Westen (4.-6. Jh.) RGZM Tagungen 41 (Mainz 2020).

[2] Eidem, ibid.

[3] J.-P. Callu et X.Loriot, L’or monnayé. II : La dispersion des aurei en Gaule romaine sous l’Empire, Cahiers Ernest Babelon 3, 1990.

[4] Le trésor de Mainz-Kastel, qui comprend plus de 750 siliques jusqu’à Constantin III, explique la proportion écrasante des monnaies des années 294-408 pour les Champs Décumates.

[5] pierre-marie.guihard@unicaen.fr ; chameroy@rgzm.de


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search