Le site de Blanda à Sologny (71). Un site de hauteur tardoantique dans le Mâconnais.

Auteurs : G. Baudry (UMR ArTeHiS 6298), D. Barthèlemy (Inrap, UMR ArAr 5138)

Blanda, un site de hauteur tardo-antique mal connu

Le site de Blanda, ou en Blondas, est situé sur la commune de Sologny en Saône-et-Loire entre Mâcon et Cluny, directement au sud-ouest de Berzé-le-Châtel.

La documentation disponible sur le site est assez pauvre, car il n’a jamais fait l’objet de recherches poussées. Il est mentionné pour la première fois par Gabriel Jeanton en 1927 dans sa monographie sur le Mâconnais gallo-romain. L’auteur évoque notamment de grands murs qu’il associe à des habitats et une potentielle enceinte correspondant à une ancienne ville détruite (Jeanton 1927, p. 85). Ces grands murs correspondent probablement aux structures en pierre sèche visibles en partie basse du site. Elles s’apparentent plutôt à des murs parcellaires et de terrasse très courants dans cette région viticole (Barthèlemy, Coppin 2020).Le site est ensuite identifié comme une nécropole de tumuli par Jean Combier. Aucune donnée ne vient accréditer cette hypothèse, si ce n’est la forme ovalaire des pierriers (Combier 1962, p. 285). En 2010, une découverte de monnaies, probablement liée à une prospection clandestine au détecteur de métaux, est rapportée au Groupement Archéologique du Mâconnais (G.A.M.) Suite à cette découverte, le G.A.M. a effectué un repérage préliminaire des structures sommitales puis finance en 2018 un relevé topographique de ces structures.

L’éminence calcaire de Blanda forme un ensemble d’environ 30 ha, en comprenant ses pentes et sa partie sommitale, où sont localisées structures étudiées. Le sommet et les pentes sud-est sont boisés, tandis que le reste est cultivé ou en pâtures. Culminant à 399 m NGF, la colline domine d’un peu moins de 100 m les vallées alentours et est située à l’altitude moyenne des points hauts de la zone. Ses pentes sont assez escarpées, d’une moyenne de 20 à 40 %.

Le plan établi en 2018 permet de visualiser un ensemble de 27 structures (fig. 1). Elles se répartissent au sommet de Blanda, sur une surface d’environ 6000 m2 en légère pente vers le sud. Ces pierriers, un terme utilisé sans jugement fonctionnel ou de valeur, affectent une forme circulaire ou ovalaire. Les plus grands atteignent des dimensions de 10 m à 15 m pour une élévation n’excédant pas les 80 cm. Les plus petits, mesurent environ de 2,5 m à 5 m. La plupart des pierriers sont peu lisibles en surface sans intervention. Une seule structure se distingue par la présence d’un parement encore en élévation appartenant à un mur de nature indéterminée.

Fig. 1 : Relevé topographique des vestiges de la plateforme sommitale de Blanda. Cabinet Monin (Cluny, 71) pour le Groupement Archéologique du Mâconnais.

La datation du site est principalement fournie par quatre monnaies qui sont toutes romaines. À côté d’un sesterce de Marc Aurèle daté du troisième quart du IIe siècle, trois monnaies du IVe siècle sont également documentées. Il s’agit d’un follis de Licinius daté du premier quart IVe siècle et de deux maiorina réduites de Constance II  et Constance Galle datées du milieu IVe siècle. Il faut également évoquer une mention, datée de 864-873, issue de la charte 407 du cartulaire de la cathédrale Saint-Vincent de Mâcon (Ragut 1864, p. 234-235 ; Bange 1984, p. 556-558). L’évêque Bernold consacre une église construite par le prêtre Grunon dans la villa de Soloniacum. Il lui concède également plusieurs villae dont celles de Soloniacum et de Blandanum. Cette mention semblerait donc indiquer la présence probable d’un habitat au IXe siècle dans les alentours du site étudié.

Blanda, un exemple d’un type d’occupation peu documenté dans le réseau de peuplement du Mâconnais

Le site de Blanda doit être replacé dans son contexte historique et archéologique local pour tenter de démontrer l’intérêt de son étude La restitution du réseau de peuplement du Mâconnais et de la place de Blanda au sein de celui-ci nécessitent de comparer plusieurs types et sources de données à la fois archéologiques et historiques. Si les rares éléments de datations connus, fournis par les monnaies, semblent indiquer une occupation tardo-antique, la mention issue du cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon pourrait prolonger cette datation. En outre, Les sites de hauteur, à l’instar d’exemples jurassiens ou auvergnats, peuvent également continuer d’être occupés à la période altomédiévale. Nous avons donc également pris en compte cette période pour l’étude.

Le Mâconnais tardoantique est principalement connu par sa capitale, Mâcon qui devient une civitas probablement au cours du VIe siècle (Kasprzyk 2005, p. 208).

Les occupations antiques sont attestées par de nombreuses découvertes d’établissements ruraux dont peu ont pu être fouillés. Elles maillent assez densément le territoire. La synthèse la plus récente sur le sujet a été fournie par l’équipe du P.C.R. Ruralia dirigé par Pierre Nouvel (Nouvel dir. 2020). Les occurrences tardives, habitats attestés, dépôts, etc., sont plus rares. La reprise de la bibliographie sous cet angle de recherche permet cependant de retrouver des indicessupplémentaires, souvent ténus, de ces occupations. Elles sont également le fruit de découvertes ou recherches anciennes (par exemple compilées dans Rebbourg 1994).

La période mérovingienne est presque uniquement connue par ses cimetières, qui sont assez bien repérés car ils livrent des structures et du mobilier facilement caractérisable. À l’inverse, les habitats attestés archéologiquement sont plus rares. Les mentions textuelles ont donc été invoquées pour pallier ce manque, mais elles datent cependant généralement des IXe-Xe siècles comme la conséquente liste de villae du cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon (Mouillebouche dir. 2021). Certaines associations de vestiges bâtis, de cimetières et de mentions textuelles laissent toutefois deviner l’ancienneté de plusieurs de ces occupations. Ainsi la projection des cimetières mérovingiens, associés aux habitats issus des mentions textuelles, apporte de nouveau une vision assez dense du maillage du territoire (fig.2). Si cette juxtaposition de cimetières des VIe-VIIIe siècles avec des mentions des IXe-Xe siècles est tout à fait critiquable, elle est l’unique possibilité actuelle de faire dialoguer les deux types de site.

Fig. 2 : Carte des sites alto-médiévaux connus du Mâconnais-Clunisois d’après les sources consultées. C.A.O. : G. Baudry ; données : Mouillebouche dir., 2021 ; Ragut, 1864 ; Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon ; G. Baudry.

Enfin, cette présentation peut être complétée par une recherche rapide d’occupations rurales antiques établies sur des hauteurs. La sélection des sites tardifs permet de reclasser Blanda dans une petite série d’établissements similaires potentiels, comme la roche de Solutrée ou le Montsard à Bussières (Rebbourg 1994, p. 294 et 324).

Bilan et perspectives

De ces constats, à l’échelle du site de Blanda et de la région mâconnaise, plusieurs questionnements sont apparus. Il faut tout d’abord tenter de caractériser la ou les périodes d’occupation du site de Blanda, mais aussi les natures, topographies, organisations, fonctions de ces occupations. La question de l’étendue du site, de la relation entre le sommet et d’éventuelles structures ou établissements situées dans les pentes doit être soulevée.Outre sa caractérisation archéologique, il sera nécessaire de définir son insertion dans le réseau de peuplement antique tardif et son évolution, ainsi que satypicité ou l’originalité de ses caractéristiques parmiles établissements contemporains du Mâconnais.

Pour répondre à ces questions, une première opération, consistant en un nettoyage des structures sommitales, est menée en 2021 sur le site. L’objectif est de compléter et préciser les premiers travaux entrepris par le G.A.M. en 2018 par un relevé photographique ou photogrammétrique systématique. Cette prospection thématique a également menée à la découverte de quelques éléments, notamment céramiques, confortant la datation tardive du site, mais aussi de plusieurs indices de constructions anciennes (mortier, moellons en roche exogène). Ces différents indices seront ensuite utilisés pour proposer un premier sondage en 2022 sur une ou plusieurs structures.

Bibliographie

Bange 1984 : BANGE (F.) – « L’ager et la villa : structures du paysage et du peuplement dans la région mâconnaise à la fin du haut Moyen Âge (IXe-XIe siècles) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 39, n° 3, 1984, p. 529-569.

Barthèlemy, Coppin 2020 : BARTHELEMY (D.), COPPIN (Z.), « Le site de Blanda, commune de Sologny (71) », Gam info, 2020, t. 1, pp. 1-15.

Combier 1962 : COMBIER (J.). – « Information archéologique, circonscription de Lyon », Gallia Préhistoire, t. 5, f. 1, 1962, pp. 229-306.

Jeanton 1927 : JEANTON (G.). – Le Mâconnais gallo-romain : répertoire des découvertes archéologiques faites dans l’arrondissement de Mâcon. Volume 1 : région de Mâcon, Mâcon, 1927, 92 p.

Kasprzyk 2005 : KASPRZYK (M) – Les cités des Eduens et de Chalon durant l’Antiquité tardive (v. 260-530 env.) : contribution à l’étude de l’Antiquité tardive en Gaule centrale, thèse de doctorat, université de Bourgogne, 2005, 3 vol.

Mouillebouche dir. 2021 : MOUILLEBOUCHE (H.) dir., Les Châteaux-forts de Bourgogne, [en ligne ; https://gorria.fr/Cecab/cecab], 2021.

Ragut 1864 : RAGUT (M.-C.) – Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon, connu sous le nom de “Livre enchaîné”, 1864, 916 p.

Rebourg 1994 : REBOURG (A.). – Saône-et-Loire, 71/4, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, 1994, pp. 277-552.



Citer ce billet
aburgevin (2022, 13 juillet). Le site de Blanda à Sologny (71). Un site de hauteur tardoantique dans le Mâconnais. Antiquité tardive en Gaule. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d214

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search