De la fabrication à la circulation des monnaies d’argent frappées aux Ve et VIe siècles après J.-C. dans les provinces occidentales de l’Empire romain : pour une étude archéométrique et archéologique des « argentei ».

Nom, prénom, contact

Blanchet Guillaume, guillaume.blanchet@unicaen.fr

Diplôme, Université

Doctorat en Histoire, Histoire de l’art et Archéologie, Centre Michel de Boüard – CRAHAM (UMR 6273), ED 558 – Histoire, Mémoire, Patrimoine, langage, Université de Caen Normandie

Résumé

Le rôle de la monnaie d’argent a souvent été sous-estimé dans l’économie lors de la formation des royaumes post-romains en Gaule. Pourtant, il semble bien que l’argent monnayé, frappé en plus grande quantité dès la fin du IVe siècle, soit l’un des véritables marqueurs de transition entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. S’intéresser aux monnaies d’argent frappées aux Ve-VIe siècles permettrait de mieux mettre en lumière les usages monétaires à l’œuvre durant la période. L’objectif principal de cette thèse est de mieux circonscrire la circulation de ces numéraires, afin d’en déterminer les autorités émettrices et éventuellement leurs lieux de fabrication et d’émission. Ces monnaies, appelées argentei, ont souvent été mises de côté par les numismates, à l’exception de Jean Lafaurie, qui en a proposé un classement typologique, resté inachevé. En effet, l’identification de ces monnaies est rendu particulièrement difficile en raison de leur caractère fragmentaire. Les légendes sont souvent déformées et incomplètes, rendant ainsi l’approche numismatique seule insuffisante. Nous proposons, par le biais de cette thèse, de reprendre ces investigations en suggérant une nouvelle manière d’aborder ce monnayage, par une étude interdisciplinaire croisant l’archéologie, la numismatique et l’archéométrie. Ces nouvelles investigations permettraient d’apporter de nouveaux critères de comparaison, tels que la nature des alliages employés ou leurs caractéristiques chimiques, pour constituer une « carte d’identité » de la monnaie. Confronter ces données (chimiques, stylistiques, typologiques et spatiales) permettrait de définir de manière plus précise les groupes et les phases de production de ces argentei, leur lieux d’émission, ainsi que les autorités qui les font frapper.

Bibliographie indicative :

Blanchet G., Sarah, G., Chameroy J., « La composition chimique des monnaies d’argent des Ve-VIe siècles, l’exemple de découvertes de Normandie et de la vallée du Rhin », in : Argentorum Romanorum sive Barbarorum (Rencontres Internationales de Numismatique, Caen, 12-13 octobre 2017) Mainz, RGZM, à paraître.

Blanchet G. et Sarah, G., « Les argentei découverts dans la plaine de Caen », in : Vous avez dit barbares ? Archéologie des temps barbares en Normandie, Ve-VIIIe siècles, Catalogue d’exposition du Musée de Normandie, Caen, 2018, p. 152-153.


Droit d’un argenteus issu d’une bourse découverte lors de la fouille de la sépulture 10 de la nécropole d’Hérouvillette (@J.-Cl. Fossey et G. Blanchet, Craham, diamètre réel : 9 mm)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.