Une nécropole de la fin de l’Antiquité à l’origine de la construction d’une église paléochrétienne à Nîmes (Gard)

Auteurs

Julie Grimaud, Inrap Méditerranée

Marie Rochette, Inrap Méditerranée

Benjamin Thomas, Inrap Méditerranée

U.M.R. 5140 Equipe TESAM Territoires et Sociétés de l’Antiquité et du Moyen Âge

PCR Espace rural et occupation du sol de la région nîmoise

ARC Pratiques funéraires et géographie de la mort en Languedoc-Roussillon

 

 

La fouille d’une parcelle localisée au sud-est de la ville antique de Nîmes, dans un secteur encore peu investi par l’archéologie préventive, a livré sur une emprise, de 330 m², 128 tombes de la fin de l’Antiquité et du Moyen Âge, ainsi que l’abside d’une église construite dans la seconde moitié du IVe siècle.

Les vestiges se situent dans le suburbium de Nîmes, à environ 1 km de l’amphithéâtre. Ils se trouvent immédiatement au sud d’un axe antique supposé, sans doute localisé sous l’actuelle rue Sainte-Perpétue.

Cet axe viaire permet de relier deux portions de la voie Domitienne, l’une à l’est de la ville, l’autre à l’ouest. Dans ce contexte, de nombreuses découvertes funéraires ont été faites aux XIXe et XXe siècles lors de l’installation de la voie ferrée voisine : monuments funéraires, tombes à inhumations et incinérations, découvertes d’autels et de stèles évoquent la présence d’une grande nécropole à partir du Haut-Empire. Dans ce quartier, comme ailleurs à Nîmes, à partir du IIIe siècle, les données sont peu nombreuses pour documenter le passage de l’Antiquité au haut Moyen Âge. Jusqu’à ces dernières années, les historiens ont décrit Nîmes comme une ville en régression dès la fin du IIe siècle. La réalité est un peu différente et les vestiges, souvent mal conservés, n’aident pas à la compréhension de cette période.

Nous connaissons peu de chose sur les origines du christianisme nîmois. La première attestation de l’Église de Nîmes est due à un concile tenu entre 394 et 396. Cette mention témoigne de l’existence d’une communauté chrétienne locale assez nombreuse, avec probablement à sa tête un évêque. Alors que le premier groupe épiscopal est érigé et que la ville s’organise autour de la cathédrale, de l’amphithéâtre et de la maison carrée, plusieurs basiliques funéraires sont établies à la périphérie de la ville. Paul-Albert Février, dans sa notice sur « Nîmes » dans la Topographie chrétienne des cités de la Gaule, évoque celles de Saint-Baudille et de Saint-Julien, mais aussi, dans sa rubrique sur les édifices de date incertaine, celle dédiée à Sainte-Perpétue, jeune martyre carthaginoise. Il faut, en effet, attendre le début du Xe siècle (905) pour que cette église apparaisse dans les actes du cartulaire du chapitre de la cathédrale.

Sur l’emprise étudiée, l’occupation des Ier et IIe siècles présente un paysage agraire constitué d’arbres, de haies et de vignes, alternant avec les implantations funéraires évoquées par les découvertes anciennes à proximité. Ce n’est qu’au cours du IIIe siècle que cet espace est progressivement colonisé par une trentaine de tombes. Leur implantation semble héritée des orientations et des limites précédentes, et suivre une organisation dessinant certains regroupements, que l’on oserait qualifier de parcelle pour certaines.

Parmi ces tombes, neuf accueillent des sarcophages en plomb. Ils offrent une série très importante à l’échelle de la ville et de ses abords, qui en dénombrait jusqu’à présent qu’une quinzaine. En plus de l’étude de ces sarcophages, de leur conception et de leurs formes, ils apportent des données remarquables sur les structures qui les accueillent : simples fosses, mais aussi chambres funéraires à niches latérales et fosses surmontées de superstructure maçonnée. En outre, leur faculté à conserver remarquablement divers matériaux organiques (tissus, végétaux, pommades) contribue à mieux appréhender les gestes funéraires qui accompagnent le défunt.

D’autres tombes sont signalisées par une superstructure : celle d’une jeune femme installée dans un contenant en bois cloué, la tête à l’ouest. La défunte a conservé ses bijoux à son cou et à son poignée. Un as de Nîmes, un petit coffret ainsi qu’une perle en grenat et quatre en saphirs ont été placés près d’elle. Entre le contenant en bois et la paroi de la fosse, une cruche et une lampe à huile ont également été déposées. À l’est, une autre tombe peut aussi avoir été marquée par une élévation. Il s’agit de celle de deux défunts qui occupent une chambre funéraire caractérisée par sa construction maçonnée de grande qualité. Si rien n’atteste d’une élévation, il est tout de même probable qu’elle ait été surmontée une architecture. À l’intérieur, un des deux défunts repose dans un contenant en bois cloué, et à ses pieds, côté sud, une banquette a permis de placer le second individu en position secondaire dans un petit contenant non cloué.

De manière générale, l’aspect monumental des tombes se traduit par l’architecture mise en œuvre dans le sous-sol mais également en élévation, elle est aussi manifeste au travers des matériaux utilisés. Pour exemple, l’emploi d’une dizaine orthostates antiques dans la mise en œuvre d’une tombe double particulièrement monumentale. C’est vraisemblablement autour de ce monument funéraire qu’est bâtie une église dans la seconde moitié du IVe siècle. Son plan demeure incomplet puisqu’il se prolonge à l’ouest et au sud en dehors de la zone fouillée. L’abside mise au jour est semi-circulaire, elle mesure 10,65 m de longueur et 7,60 m de largeur. Seule une partie de ses fondations sont conservées, construites avec de grandes pierres provenant sans doute de monuments funéraires antiques voisins, alors abandonnés. Au chevet de l’édifice, la présence d’un mur indique qu’un bâtiment devait se développer vers le sud ; au Ve siècle, d’autres bâtiments viennent peu à peu compléter le plan. Le fait que cette église soit riveraine de la rue Sainte-Perpétue conduit à l’identifier comme l’ecclesia sancta Perpetua, mentionnée en 905 dans le cartulaire, soit un demi-millénaire plus tard.

À l’intérieur de l’église, autour de la tombe privilégiée, prennent place des sarcophages en pierre, ainsi que des tombes d’enfants en amphore, en coffrages de pierre ou de terre cuite. À l’extérieur, au nord et à l’est, le cimetière se développe également. L’architecture des tombes est variée et nombre d’entre elles sont bâties avec des remplois issus d’architectures funéraires antiques (stèles, inscriptions, orthostates, dalles, marches, caissons de plafond, tuiles en terre cuite ou en pierre, colonnes, moulures, placages de marbre). Jusqu’au début du XIIIe siècle, on continue d’inhumer dans ce cimetière. La morphologie des tombes est pour certaines anthropomorphes, pour d’autres toujours en coffrage de pierres. L’une d’elle, installée au sommet des récupérations des bâtiments au chevet de l’église, remploie, en plus d’une stèle antique, deux piliers de chancel.

À la fin du Moyen Âge, le cimetière n’est plus fréquenté et au début de l’époque moderne, l’église est progressivement délaissée et abandonnée. Si elle figure encore sur un plan du XVIIIe siècle, ses ruines sont, dès le siècle précédent, décrites par l’antiquaire Anne de Rulman comme étant celles d’un édifice modeste bâti avec des très grosses pierres antiques.

Certes, l’ecclesia sancta Perpetua, qu’a livré la fouille de la rue Guynemer à Nîmes, n’a apparemment pas l’importance des édifices contemporains connus à Marseille, Arles, Toulouse, Narbonne ou Maguelone, et sa reconnaissance n’est que partielle, mais elle fait partie des premiers lieux de culte chrétiens de la région. Les éléments que l’on en connaît désormais, son implantation au sein d’une nécropole du IIIe siècle, et la longue durée d’occupation du cimetière chrétien qui l’environne sont riches d’enseignement sur la transition entre l’antiquité et le Moyen Âge, ainsi que sur les pratiques funéraires et la topographie de la ville.

Plan général de la fouille et des vestiges mis au jour,
levé topographique A. Bolo, Inrap, infographie et SIG F. Robin, Inrap
Fouilles archéologiques de l’INRAP à Nîmes. Découverte de 3 sarcophages de plomb Paléochrétiens.
Photographie R. Bénali
 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.