L’occupation de l’Antiquité tardive sur le gisement de la “Fontaine aux Moines” (Touquin, Seine-et-Marne)

Auteurs

Fabrice Rigault

David Poilane

Florian Jedrusiak


Cadre général (Fig. 1) :

Touquin est une commune, affluent de la Seine, située au centre du département de la Seine-et-Marne, le gisement de la « Fontaine aux Moines » est occupé depuis le néolithique récent et entre le Ier et VIe s. Celui-ci est intégré à un ensemble de gisements implantés le long de l’Yerres. Les résultats des premiers sondages archéologiques, effectués en 2014 et 2015, ont révélé une très bonne conservation des niveaux tardifs (début IVe au V / VIe s) préservant par endroit jusqu’à 4 états successives d’occupation. Une importante solifluxion, pouvant atteindre 1,50 m d’épaisseur, a favorisé la protection du site de l’activité humaine. La spécificité du mobilier céramique (production supposée in situ de céramique non tournée), l’identification de diverses activités domestiques et artisanales ainsi que les bons rendements des prélèvements carpologiques ont conduit à l’élaboration d’un projet de fouille programmée accordée en 2017.

fig. 1 : Carte de localisation de Touquin

Les contextes de l’Antiquité tardive :

L’occupation de l’Antiquité tardive est implantée à proximité d’un établissement rural du Haut-Empire dont l’évolution, dans l’état actuel de nos connaissances, est encore difficile à percevoir. L’établissement semble être abandonné vers le milieu du IIIe s. Il s’ensuit une période d’abandon qui a pu être corroboré par l’étude archéologique et la carpologie.

L’occupation de l’Antiquité tardive, actuellement reconnue sur 700 m², ne réutilise pas les structures voisines du Haut-Empire. Bien au contraire, celles-ci sont démantelées probablement à des fins de récupération de matériaux. Une voie empierrée viendra recouvrir une partie des vestiges et le site du IVe siècle s’organisera le long de cet axe.

Les trois opérations de fouilles ont permis de dresser un premier phasage chronologique (Fig. 2) :

Phase 1 (Haut-Empire jusqu’au début du IIIe s. création et occupation d’un l’établissement rural.

Phase 2 (milieu du IVe s ) : arasement des structures du Haut-Empire et remblaiement partiel du site ; création d’une voie bordée d’un ensemble de bâtiments ; période de fonctionnement des structures de combustion oblongues attribuées, à une activité métallurgique.

Phase 3 (fin IVe – milieu Ve s.) : nivellement, remblaiement d’une partie du site ; édification de nouveaux bâtiments sur solins avec de nouvelles activités autour de foyers piriformes (Fig.3) à destination domestique.

Phase 4 (charnière V / VIe s.) : période appréhendée exclusivement par un ensemble de fosses difficiles d’interprétation.

 

Fig. 2 : Touquin, plan général des structures sur “La Fontaine aux Moines” (F. Rigault)
Fig. 3 : Foyers piriformes (F. Rigault)

Détails ou aperçus des mobiliers :

La céramique (Fig.4) : les ensembles sont marqués par un taux élevé en nombre d’individus de céramique non tournée pouvant avoisiner les 10 %. La littérature archéologique attribue régulièrement cette particularité à la présence de peuplades germaniques non avérées dans le cas présent. En effet ni le mobilier (métallique ou répertoire céramique), ni le mode de construction du bâti ne renvoient à une telle hypothèse par ailleurs démontrée sur l’établissement de Saint-Ouen-du-Breuil en Normandie[1]. L’identification de 4 groupes de pâtes aux propriétés en accord avec les ressources locales et d’un répertoire dépourvu de signe stylistique en lien avec des apports exogènes pourraient, éventuellement, traduire une production in situ ou voisine du site.

La carpologie : les premiers travaux carpologiques réalisés sur le site de Touquin sont très encourageants (15 structures étudiées, 1443 carporestes, 36 taxons). Nous savons que le socle alimentaire des habitants de cet établissement rural était diversifié et composé :

– de céréales, tels que l’orge (Hordeum vulgare), le millet (Panicum miliaceum), les blés tendres (Triticum aestivum/durum/turgidum) et l’épeautre (Triticum spelta)

– de légumineuses, parmi lesquelles la gesse (Lathyrus sativus), la lentille (Lens culinaris), le pois (Pisum sativum) et la vesce (Vicia sativa)

– ainsi que de quelques fruitiers cueillis, le noisetier (Corylus avellana), le prunellier (Prunus spinosa) et le sureau noir (Sambucus nigra)

Même si notre compréhension des pratiques agricoles reste assez chaotique, les futures études carpologiques devraient permettre de pallier ce problème, en approfondissant l’analyse des messicoles découvertes sur le site.

La Fontaine aux Moines permet surtout de corroborer les données céréalières obtenues pour les sites de Bassin parisien. Ce constat n’est pas si anodin car si les données carpologiques sur l’Ile-de France se multiplient ces dernières années, on observe que le centre de la Seine-et-Marne reste dépourvu d’études systématiques.

Cet établissement rural forme donc, avec l’agglomération de Châteaubleau qui ne lui est distant que de dix-sept kilomètres, les premières données carpologique datables du Bas Empire pour cette zone géographique.

Un parallèle entre les deux sites permet d’ailleurs d’observer la concordance des données carpologiques entre un établissement rural et une agglomération secondaire d’une même zone géographique.

 

 

Fig. 4 : Planche récapitulative de la céramique non tournée Bas-Empire, toutes phases confondues, DAO échelle 1/3, D. Poilane

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.