Un nouvel élément de garniture de ceinturon à décor excisé à Marmoutier (Tours, Indre-et-Loire)

Auteurs

Alain Ferdière, LAT, UMR CITERES, Tours

James Motteau, LAT, UMR CITERES, Tours

Lors de la campagne de fouilles 2017 à l’ancienne abbaye de Marmoutier près de Tours (Indre-et-Loire), un fragment de plaque en bronze, moulée, reprise à la gouge ou ciselet (excisé), a été découvert dans les niveaux de terres noires de la zone 4 (inv. 17.43365.1), déposées peut-être à partir du 4e s. et en tout cas aux 5e-6e siècles, selon le mobilier qu’elles contiennent (céramique et verre, avec une proportion importante de re-déposition du Haut-Empire.

Ce fragment (Fig. 1) a le côté droit brisé et le côté supérieur découpé, sans doute à la pince ; le motif décoratif central est composé d’une rosace à trois branches, inscrite dans un triangle, d’une frise de dents pour la base et des animaux fantastiques allongés sur les deux autres côtés. Un rivet de couleur différente de celle de la plaque, sans doute en laiton, est probablement l’indice d’une réparation, alors que l’objet montre un degré de finition correct.

Fig. 1 : le fragment de Marmoutier 2017 (inv. 17.43365.1) cliché J. Motteau

La présence du rivet (donc deux sans doute) implique que l’objet était fixé à un support, vraisemblablement le cuir d’un ceinturon : on peut donc exclure une fibule en arbalète comme autre possibilité d’interprétation de la plaque (BÖHME 1974, Fig. 1 et carte 5), ainsi d’ailleurs que comme autres éléments de garniture de ceinturon de cette série : ex. contre-plaques d’Enns (Aut.), Pluj (Tchéquie) et Prosecco (It.) (Fig. 2).

En considérant ce fragment comme l’une des extrémités de l’artefact complet, on peut proposer une restitution par comparaison avec des éléments de garniture de ceinturon à décor incisé, connus en un petit nombre d’exemplaires dans le monde romain occidental tardif : à Rhenen (Prov. d’Utrecht, PB : sép. 346) , Tournai (Hainaut, Belg., sép. D) et Tongres (Belg.), Ortenberg « Kügeleskopf » (Bade-Wurttemberg, All.), Trèves Stockgasse (inv. S. T. 4960c, Rhémanie-Palatinat, All.), Tornovcov (Slovénie), Ortenberg « Gesskopf » (All.)  et Aquilée (It. du N) (Fig. 3 et 4).

Fig. 4 : Carte de contre-plaques à décor excisé (Sommer 1984, carte 5)

Ainsi, pour un tel élément de « passant » de ceinturon (Fig. 5), on peut proposer une restitution par symétrie, avec deux options (courte et longue) (Fig. 6), pour un élément sans doute rare parce que notamment plus fragile que les plaques-boucles et contre-plaques elles-mêmes.

On est donc, plus globalement, dans la série des éléments de garnitures de ceinturons à décor incisé (kerbschnitt), considérés comme militaires, série que W. Böhme date de 380-420 de n. è. (période II) (Fig. 7). Et l’on est ici, plus précisément – à Tours « Marmoutier » – aux confins occidentaux de la répartition de ces pièces d’équipement militaire (garnitures de ceinturon et autres) (Fig. 8).

Au moins un autre élément à décor excisé de cette série a été découvert à Tours même (fouilles du Château), daté de la seconde moitié du IVe siècle : c’est un passe-courroie du type 1 de W. Böhme (1974 : 74, Fig.28 er carte 17) (Fig. 9a). Et d’autres pièces de cette série ou apparentées sont attestées sur des sites relativement proches des cités de Gaule du Centre et Centre-Ouest : à Pezou (L.-et-Ch.) (Fig. 9b), Chécy (Loiret) , Étampes (Essonne), Guer (Morbihan) et Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère) (Fig. 10), ou passe-courroie « en amphore » d’Évreux (Eure) et Avoise (Sarthe), Briarres-sur-Essonne (Loiret) et Paris, nécropole des Gobelins (Fig. 11)

Elles sont cependant – notablement – absentes, à ce jour, des chefs-lieux de cités du secteur concerné (supra) : Bourges (cf. toutefois angon de la « tombe du Patrice » : DESCLOUX 2010), Orléans (?), Chartres (confirmé D. Joly), Le Mans (?), mais en revanche présentes à Meaux, Paris, Tours, Évreux… On peut, par comparaison, pour des éléments éventuellement attribuables à l’équipement militaire et/ou « germanique » tardo-antique, signaler aussi des fibules en trompettes à Saint-Firmin-des-Prés (41), Cortrat (45) et Meaux (?) (77) (Fig. 12).

Les contextes concernés ici (Fig. 13), quand ils sont connus, sont quasi tous funéraires, sauf, justement, à Marmoutier, ainsi qu’à Chécy, dépôt monétaire, en Loire, daté de 402-406 (LAFAURIE 1958).

 

Fig. 13 : carte des sites régionaux (Centre et Ouest) cités (C. Scheid et G. Simon, MLAT)

Il est notable qu’aucun de ces éléments de comparaison (pour ce type de « passant ») n’est parfaitement identique, et il en est de même des plaques-boucles et contre-plaques de garnitures de ceinturon à décor excisé de cette série : sans doute ces pièces d’équipement militaire étaient-elles faites à l’unité, sur commande, à partir de modèles communs.

Quant à la signification de la présence de ce fragment à Marmoutier, il ne faut pas lui faire dire plus qu’il est raisonnable : il a été découvert dans un niveau de terres noires dont le dépôt s’est sans doute – on l’a dit – étalé du IVe au VIe s. De ces mêmes dépôts proviennent des fragments indéterminés d’objets en alliage cuivreux et des fragments de creuset pour de tels alliages : ainsi, ce fragment pourrait ainsi être ici simplement destiné à la refonte. Rien ne prouve alors une relation particulière de la nature de cet artefact avec son lieu de découverte. Les traces d’artisanat, du fer, du bronze, de l’os et du bois de cerf, sont notés dans ces terres noires.

Le site de Marmoutier est au Haut-Empire une probable petite station routière au sortir de Tours en direction d’Orléans par la rive droite de la Loire, avant d’être le lieu ou saint Martin, déjà âgé, crée son ermitage, entre 371 et 397, date de sa mort à Candes (37) : cet objet est donc quasi contemporain, mais de là à faire le rapport avec le saint, il y a un pas, que nous ne franchirons pas.

Mais cet objet n’est en tout cas pas ici anodin et l’on proposera de revenir plus généralement sur ces questions d’éventuelles présences militaire et/ou germanique dans les régions du Centre et du Centre-Ouest de la Gaule durant l’Antiquité Tardive, à l’occasion du Colloque ATEG de Tours de décembre 2018.

Nous remercions chaleureusement Raymond Brulet, ainsi que Michel Kasprzyk et d’autres, pour les renseignements qu’ils nous ont apportés lors de cette étude.

Bibliographie :

Alamannen… 1997

Die Alamannen, Catal. d’Expos., Arch. Landesmudeum Baden-Württemberg, Theiss, Stuttgart, 528 p.

À l’aube… 1981

À l’aube de la France. La Gaule de Constantin à Childéric, Catal. Expos., Mus. Luxembourg, éd. RMN, Paris, 255 p.

ARTEFACTS

Encyclopédie collaborative en ligne des objets archéologiques, Université Lumière, Lyon 2 ; consulté le 21 septembre 2017.

BÖHME 1974

Böhme H. W. – Germanische Grabfunde des 4. bis 5. Jahrhunderts zwischen unterer Elbe und Loire. Studien zur Chronologie und Bevölkerungsgeschichte, Müncher Beitr. z. Vor- u. Frühg., 19, 2 vol., H. Beck, Munich, XII + 384 p.

BONNET et al. 1989

Bonnet J., deCarbonnières Ph., Faudin L., Forni P., Garriga G., Morand-van Haecke N. et Velay Ph. – Les bronzes antiques de Paris, Musée Carnavalet / Paris Musées, Paris, 512 p.

BOURGEOIS 1984

Bourgeois L. – Parure et instrumentum, in : Ville de Meaux. Catalogues des collections du Musée Bossuet, 1 – Préhistoire, Protohistoire, Gallo-Romain, éd. du Musée Bossuet, Meaux : 155-184.

BOUSQUET 1971

Bousquet J. – Informations archéologiques, Circonscription de Bretagne, Gallia, XXIX, 2 : 235-247.

BOUVET 2001

Bouvet J.-Ph. – La Sarthe. 72, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 519 p.

BULLINGER 1969b

Bullinger H. – Une garniture de ceinturon du Bas-Empire à Abbeville (Somme), Gallia, 27-1 : 149-159.

CIGLENEČKI 2008

Cignenečki S. – Castra und Höhensiedlungen vom 3. Bis. 6. Jahrhundert in Slowenien, in : H. Steuer et V. Bierbrauer (dir.) – Höhensiedlungen zwichen Antike und Mittelalter von den Ardennen bis zur Adria, RGA-E Band 58, W. de Gruyter, Berlin/New York : 481-532

DEBAL 1983

Debal J. (dir.) – Histoire d’Orléans et de son terroir, t. I : Des origines à la fin du XVIe siècle, Horvath, Roanne, 550 p.

DESCLOUX 2010

Descloux A. – La tombe du Patrice royal à Bourges. Étude et comparaisons de la sépulture et du mobilier, Mém. de Master 1, d’Archéologie, Univ. de Tours, 2 vol. : t. 1 : Texte, 56 p. ; t. 2 : Annexes, 11 p. (consultable à l’Univ.).

DUMUYS 1892

Dumuys L. – Le cimetière franc de Briarres-sur-Essonne, Congrès Arch. de France, 59 (Orléans, 1892) : 177-226, VIII Pl.

FERDIÈRE 1998

Ferdière A. – Ensembles funéraires du Bas-Empire en Beauce. Inventaire des nécropoles et sépultures des IVe-Ve siècles, Rev. Arch. Loiret, 23 : 13-45.

FRANCE-LANORD 1963

France-Lanord A. – Un cimetière de Lètes à Cortrat, Rev. Arch. : 15-35.

GALLIOU 2010

Galliou P. – Le Finistère. 29 (2e éd.), Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 495 p.

HOEPER et al. 2003

Hoeper M., Bücker Ch., Lienemann J. et Steuer H. – Völkerwanderungszeitliche Höhenstationen am Oberrhein: Geisskopf bei Berghaupten und Kügeleskopf bei Ortenberg, Arch. u. Gesch., 12, Ostfildern, Thorbecke.

Île-de-France

L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet, Catal d’Expos., Musée Arch. Départ. du Val-d’Oise, éd. du Valhermeil, 374 p.

LAFAURIE 1958

Lafaurie J. – Le trésor de Chécy, in : Gricourt J., Fabre G., Mainjonet M. et Lafaurie L. – Trésors monétaires et plaques-boucles de la Gaule romaine, XIIe Suppl. à Gallia, CNRS, Paris : 275-341.

LAUNAY 1864

Launay G. – Rapport sur le cimetière gallo-romain de Pezou, canton de Morée, Bull. de la Soc. Arch. du Vendômois, 3 : 170-178, 1 Pl. h. t.

LÉMANT 1985

Lémant J.-P. – Le cimetière et la fortification du Bas-Empire de Vireux-Morhain, Dép. des Ardennes, Bericht der Römische-Germanische Museum Mainz, 7, Mayence, IV + 134 p.

MACKENSEN 2008

Mackensen M. – Tonabformung eines spätantiken kerbschnittverzierten Gürtelbeschlags aus dem zentraltunesischen Töpfereizentrum Sidi Marzouk Tounsi. Zur Mobilität comitatensi-scher Truppen, Germania, 86, 2008, 307-322.

MOTTEAU 1991

Motteau J. – Accessoires de vêtements, in : J. Motteau (dir.) – Catalogue des objets des fouilles de Tours (1973-1977), Recherches sur Tours, 5, Suppl. 2 à la Rev. Arch. du Centre de la France, ADAUT, Tours : 11-29.

MOTTEAU 2007

Motteau J. – Quelques accessoires de vêtement militaire des 4e et 5e siècles, in : H. Galinié (dir.) – Tours antique et médiéval. Lieux de vie. Temps de la ville, 30e Suppl. à la Rev. Arch. du Centre de la France, FERACF, Tours, 2007 : 67, Fig. 28.

PÉRIN et FEFFER 1987

Périn P. et Feffer L.C. – Les Francs. 1 – À la conquête de la Gaule (rééd. 1997), 229 p.

PETIT 1970

Petit M. – Sépultures du Bas-Empire à Guer (Morbihan), Annales de Bretagne, LXXVII : 271-278.

SOMMER 1984

Sommer M. – Die Gürtel und Gürtelbeschläge des 4. und 5. Jahrhunderts im Römischen Reich, Bonner Heft zur Vorgeschichte, 22, Bonn, 1984, 348 p., 85 Pl., accessible en ligne : https://fr.scribd.com/document/92706816/

SWIFT 2012

Swift E., Regionality in dress accessories in the Late Roman West, coll. « Monographies Instrumentum », M. Mergoil, Montagnac.

Trier… 1984

Trier. Kaiserresidenz und Bischofssitz. Die Stadt in spätantiker und frühchristlicher Zeit, Catal. d’Expos., Ph. Von Zabern, Mayence, 1984, 474 p.

WAGNER et YPEY 2012

Wagner A. et Ypey J. – Das Gräberfeld auf dem Donderberg bei Rhenen. Katalog, Sidestone Press.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.